Vers l’interopérabilité culturelle

L’interopérabilité est un des sujets d’actualité de la santé numérique dont on comprend l’enjeu majeur, qu’on invoque souvent mais dont on peine encore à définir les contours et les attendus. Un hôpital peut utiliser de 30 à 370 applications différentes. Chaque domaine métier ou de spécialité médicale peut offrir le choix entre 30 à 40 logiciels différents. De plus le marché des logiciels reste très fragmenté : en 2018, l’Atlas des SIH a recensé 864 logiciels commercialisés par 317 sociétés.  L’interopérabilité des systèmes d’information (SI) reste un des problèmes critiques auxquels sont confrontées les structures de santé concernées par le parcours de soins.  Souvent le traitement des données s’effectue à partir d’applications ou logiciels hétérogènes installés dans des environnements multiples et variés, sans interopérabilité.

Mais c’est quoi au juste ?

Les travaux de recherche menés conjointement par les professeuresLaurence Favier et Widad Mustafa El Hadi du Laboratoire Groupe d’Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication (GERiiCO) à l’Université de Lille 3 permettent de mieux appréhender la notion d’interopérabilité culturelle(3) et d’expérimenter une transposition dans l’e-santé. A titre d’exemple, elles décrivent l’interopérabilité culturelle comme un concept central dans le domaine militaire, en complément de l’interopérabilité technique. Elle est utilisée pour décrire les besoins des militaires en matière d’information et de communication dans le cadre de leurs opérations au sein des forces multinationales. La disposition de moyens techniques communs ou l’interopérabilité technique entre des matériels divers ne suffit pas à organiser l’action militaire commune. Il ne suffit pas que les moyens de communication soient compatibles. Les experts militaires avancent que l’interopérabilité technique n’est jamais première : « […] l’interopérabilité est d’abord une question de compréhension mutuelle(4), c’est-à-dire une question traitant de la culture (culture awareness)(5)

Dans cet exercice d’aventurier à la recherche d’une définition de l’interopérabilité culturelle, le présent article s‘attache à se restreindre aux champs de l’e-santé et à la culture numérique. Dans un monde où les projets s’articulent toujours davantage autour de la donnée, il est fondamental que les acteurs de la santé soient en mesure de mettre en cohérence les différentes sources d’informations pour améliorer le parcours de soins. L’écosystème du numérique en santé entre dans une logique d’interactions et d’interdépendances qui se révèlent contraignantes en raison de son hétérogénéité. 

Aller au contenu principal