Hôpital 2.0

Après la signature des accords du Ségur de la santé qui consacrent 8,2 milliards d’euros à la revalorisation des métiers des établissements de santé et des EHPAD et à l’attractivité de l’hôpital public.
L'arrivée de la prise de rendez-vous en ligne à l'hôpital est une bonne idée en soi. Mais les impacts sur l'organisation et les ressources sont encore mal maîtrisés ou mal évalués. Ce nouvel usage recomposera petit à petit notre relation à l'hôpital. Les médecins libéraux l'adoptent de plus en plus, au tour maintenant de l'hôpital de trouver et de cibler son usage propre.
Comment sortir d'une logique qui récompense le quantitatif au lieu du qualitatif en respectant toutefois l'enveloppe budgétaire allouée à la santé ? Le financement à l’activité a abouti à des excès...
Le système hospitalier a encore le réflexe de placer le patient comme un objet de soins prodigués par des professionnels. Le patient ou l'usager est souvent réduit à un rôle passif dans la construction de son parcours de soin et n’a qu’une visibilité extrêmement faible sur l’utilisation de ses données de santé.
L’hôpital de demain sera-t-il une tour de contrôle hyper connectée et à distance? Ou une technostructure de proximité ?
La e-santé ou santé numérique ou information numérique sur la santé recouvre les domaines de la santé qui font intervenir les technologies de l'information et de la communication.
La valeur du marché de la e-santé est estimée à 400 milliards de dollars à l’horizon 2022
Aujourd’hui, notre système de santé est devenu inadapté : il ne répond plus aux attentes des patients et nourrit le mécontentement des professionnels de santé. Il est marqué par de profondes rigidités d’organisation...
De 2017 à 2030, l’hôpital de demain m’apparait comme la conquête de l’Ouest, mais sans tuer les Indiens. Il faut rester vigilant pour ne pas intensifier l’apparition d’un hôpital à deux vitesses, entre un hôpital connecté et non connecté, entre des patients connectés et des patients démunis, entre des professionnels de santé connectés et les gardiens de l’orthodoxie.
ester chez soi ou aller à l’hôpital : voilà la question qui se posera de plus en plus aux patients digitalisés. On ne ferme pas l’hôpital pour autant car il reste encore un des derniers services publics accueillant tous nos concitoyens, pauvres ou riches mais le concept d’hôpital 2.0 navigue entre ces 2 mondes.